Mais DJ, c’est un de vos trucs de jeunes, ce n’est pas un vrai métier tu sais !

C’est cette phrase prononcée il y a peu par une amie de ma grand-mère (et oui, on ne passe plus ses week-end dans les mêmes lieux qu’avant ^^), qui m’a donné envie de vous faire un article un peu spécial aujourd’hui.

Je me suis donc rendu compte, qu’encore aujourd’hui, dans l’esprit de beaucoup de monde, le Djing était une mode… Quelque chose de passager, et qui ne pouvait pas être pris au sérieux. C’est un peu comme le Street Art pour les amateurs d’art… Ou le break dance pour le monde de la danse.

Histoire du DJing Vinyles

Et pourtant, le Djing ne date pas d’hier (et nous sommes bien placés pour le savoir, c’est un vrai métier ^^).

Alors je me suis dis qu’un article “historique” pour retracer les grandes lignes du Djing pourrait vous être utile. Surtout lors des dîners familiaux (histoire de contrer toutes les Taties Danielle que vous pourriez trouver sur votre chemin ; ) ).

Allez, c’est parti pour un résumé rapide et efficace de l’histoire du Djing !

Et si le Djing existait déjà dans les années 1950 ?

Eh bien, nous allons voir ça maintenant ; )

DJ : un métier vieux de 70 ans !

Si je vous dis “DJ”, vous allez forcément avoir l’image d’un type (ou d’une femme évidemment), qui mixe en club ou en festival. Et pourtant, ce n’est pas exactement l’histoire d’origine…

En France, on peut considérer que le métier de DJ est apparu avec les dancings datant de la période d’occupation. Au départ, c’était des orchestres (principalement de jazz) qui jouaient dans ces lieux.

Et puis, après la guerre, on pouvait s’enjailler le week-end dans 2 types de lieux :
– Des dancings où on diffusait de la musique enregistrée (qui était sous la responsabilité du disquaire, l’ancêtre du DJ),
– Et des bals avec de “vrais” orchestres.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi   Vacances DJ : 6,5 choses à faire !

Peu à peu, surtout dans les grandes villes, les seconds ont laissé leur place aux premiers.

Les systèmes de diffusion se sont améliorés et, grâce à 2 platines et aux 33 ou 45 tours, le disquaire passait les morceaux les uns après les autres en essayant parfois de garder le rythme dans l’enchaînement (ce qui sans le matériel d’aujourd’hui n’était pas évident ! )

DJ : un lien fort avec la radio

Du disquaire au DJ, il n’y a qu’un pas.

C’est aux États-Unis que le métier s’est développé et professionnalisé avec l’avènement des premières radios pirates.

Le DJ doit à la fois diffuser de la musique et animer le programme. Le terme disc jockey a été inventé par l’animateur radio américain Walter Winchell, à l’intention de son collègue Martin Block.

Microphone Radio On Air

Martin Block, c’est le créateur de la radio telle qu’on la connaît aujourd’hui : des infos ou des émissions entrecoupées de musique. La programmation musicale est du ressort du Disc Jockey, terme qu’on peut traduire par “joueur de disques” (puisque la diffusion se faisait à l’époque grâce à des disques vinyle).

Ce sont d’ailleurs ces animateurs radio qui, dès les années 60, vont inspirer les “disquaires” des dancings qui commencent peu à peu à parler et “animer” leurs soirées.

En gros, dans les années 60, un DJ, c’était une sorte d’animateur radio en soirée (comme quoi, mes deux métiers de cœur sont vraiment liés ^^).

Des dancings au Hip Hop : le DJ se professionnalise

L’un des gros tournant du DJing, ce sont les années 70/80. Époque où le DJ a commencé à se professionnaliser.

Les années 70 : la fièvre du samedi soir

La fin des années 70 voit le rock qui faisait la joie des soirées dansantes se durcir et devenir moins dansant.

Cela laisse la place au disco pour émerger et avec lui tout un mouvement sociétal, notamment aux États-Unis. Libération des mœurs et combats des minorités s’invitent aux fêtes du samedi soir, et les discothèques, bars et clubs sont autant de nouveaux terrains de jeu pour les DJ de l’époque.

Ce mouvement disco évoluera vite vers d’autres styles, notamment les clubs des quartiers noirs de New York où le Hip-Hop verra le jour. C’est aussi la fin du disco imposé par les maisons de disques dans les années 80 qui a lancé la House.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi   NRJ DJ Awards 2019 : Mes DJ de l'année !
disco soirées privées formation dj

En effet, les maisons de disques refusaient désormais de produire des artistes Disco et interdisaient même les clubs d’en jouer ! Sauf que les DJ avaient un gros stock de cette musique, et il n’y avait pas vraiment plus dansant à l’époque.

Pour contourner le problème, des DJ tels que Frankie Knuckles ont décidé de retravailler cette musique sur leur platine pour créer quelque chose de différent où les titres venaient s’entremêler. Et voilà comment une contrainte devient un des meilleur style musical : )

Les années 70 : évolutions techniques du DJ

Eh oui, on ne le sait pas toujours, mais le Hip-Hop est né sous l’influence du DJ Kool Herc qui, en enchaînant les breaks de plusieurs morceaux, créait des coupures rythmiques sur lesquels les breakdanceurs pouvaient donner libre cours à leur imagination. Voilà commet sont apparues les premières battles.

C’est aussi à cette époque qu’a été inventée la table de mixage. C’est Alex Rosner, un ingénieur américain, qui a construit la première en 1971 pour Francis Grasso, le DJ résident du club londonien The Haven.

Cette évolution technique permettra progressivement de faire passer le DJ de “passeur de disques” à véritable artiste créant du son, de la musique, à partir de son instrument (le disque) et de ses outils techniques.

Des clubs underground aux DJ Stars

Dernier coup d’accélérateur pour les DJs : le passage à une supra-notoriété.

La puissance de la radio

C’est sur les deux décennies suivantes que les DJ vont véritablement passer de professionnels à stars. Pendant les années 70, même si certains étaient connus des habitués des plus grands clubs et affichaient une petite notoriété, c’est vraiment les années 80 et 90 qui vont changer la donne.

Et c’est encore la radio qui va faire évoluer les choses. En effet, en France notamment, la libéralisation des radios au tout début des années 1980 donne à ce média un véritable poids. De confidentielles, les audiences de ces radios deviennent régionales voire nationales pour certaines et ce sont elles qui imposent les hits. Pour être joué en club, il faut désormais passer à la radio.

Soyons clair, à cette époque, le DJ perd en liberté et en créativité. Ses choix de playlists sont plus dictés par les hit-parades que par ses goûts musicaux. L’important étant avant tout de plaire au public et de le faire danser sur la musique qu’il aime.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi   DJ : 3 clés pour tester des nouveautés pendant votre set !

C’est finalement peut-être cette perte de liberté qui va amener certains à passer de DJ à DJ producteur.

studio musique dj producteur instrumentiste mao

Les années 90 : la french Touch qui change tout

La House créée dans les années 80 aux Etats-Unis a mis un bon moment avant de vraiment prendre en France, que ce soit auprès du public ou des DJ.

Parallèlement les techniques de mixage ont évolué et surtout la MAO (Musique Assistée par Ordinateur) voit le jour. Ces changements permettent aux DJ de créer leur propre style et de sortir de l’anonymat. On voit alors émerger une nouvelle génération de DJ producteurs, français pour la plupart, qui créent leurs propres titres : Daft Punk, Etienne de Crécy, Air, Justice ou Kavinsky en sont quelques exemples.

Les DJ avec un peu de notoriété sortent aussi de leur club de résidence et exportent leur style dans les discothèques du monde entier. On pensera immédiatement à David Guetta et ses clubs à Ibiza !

Et après ?

Et après ? Finalement, je dirais que depuis les années 1990 peu de choses ont changé. Évidemment, il y a eu quelques évolutions techniques & technologiques ainsi que l’avènement des plateformes musicales, vidéos et réseaux sociaux.

Quelques noms français célèbres ont quitté le game (Daft Punk étant les derniers en date) et d’autres y sont rentrés avec brio (DJ Snake, Petit Biscuit, Kungs…).

Je me demande quand même comment va évoluer notre métier dans les 5 à 10 prochaines années… Qu’en pensez-vous ?

En attendant, je vais partager de ce pas cet article à l’amie de ma grand-mère, juste histoire de lui prouver que oui, DJ, c’est une bonne situation ; )

Abonnez-vous !

Donnez-moi votre avis en commentaire et si vous avez des anecdotes sur l’histoire du DJing, pareil !

Abonnez-vous aussi à la chaîne YouTube !

Et en complément vous êtes libre de recevoir gratuitement mon Guide pour devenir DJ Pro et l’accès à la Playlist Privée sur YouTube pour voir les cours DJ. Inscrivez-vous juste en dessous :

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

​Recevez gratuitement l'accès à la playlist vidéo des cours DJ + ​mon guide pour devenir DJ Pro

​​​Recevez gratuitement l'accès à la playlist vidéo des cours DJ