Interview : Hugel !

Transcription texte de la vidéo

Bonjour à tous, c’est Stan du blog Formation DJ ! Aujourd’hui, mon invité, c’est Hugel ! Ça va ? Tout va bien ?

Hugel : Ça va mec. Je viens de sortir de scène.

Stan K : Tu étais où dans le monde avant cette date lilloise ?

Hugel : Ma dernière date avant de venir ici, c’était Tomorrow Land Winter à l’Alpes d’Huez.

S : Aujourd’hui, Lille et dans 6 jours, tu démarres une tournée Nord-Américaine.

Hugel : Pour la première fois, oui ! Je n’ai jamais mis les pieds au Canada, ça va être la première fois. On fait Toronto et Montréal au Canada, ensuite Chicago, Clearwater et Miami pour les États-Unis. Je suis très chaud !

S : je t’ai connu avec ton titre « 2 people ». Ça date de 2015. J’ai adhéré direct à ce que tu faisais. D’ailleurs, pour la petite anecdote, j’ai découvert ce titre dans l’aéroport avant de prendre l’avion pour l’Écosse. Je te suis donc depuis ce temps-là. Tous les titres & remix que tu sors sont énormes ! Je suis amoureux du dernier que tu as sorti « WTF ».

Hugel, où vas-tu puiser toute ton inspiration pour tes titres & remix ?

H : Essentiellement, je suis beaucoup inspiré par le Hip-Hop. C’est vraiment ma musique première. Dans ce morceau-là, WTF, j’ai utilisé un sample que j’ai connu par Dr. Dre dans son morceau « What’s the difference ? » qui est un sample de Charles Aznavour que – lui – avait utilisé à l’époque. Étant un fan de Dr. Dre, de tous ces artistes de cette époque-là, j’ai réécouté ce morceau et je me suis dit que personne n’avait utilisé ce sample dans la House. J’ai produit le beat en partant du sample en commençant à bricoler une vibe et l’idée est venue direct derrière. En 2 heures, on a écrit le morceau.

S : D’accord ! Et pour tes remix, à quel moment tu te dis « tiens, ce morceau-là, je vais pouvoir en faire quelque chose ? »

Hugel : Si tu veux, moi je pense toujours « DJ ». C’est comme ça que je gagne ma vie. J’ai été résident DJ pendant 10 ans, donc quand je produis un disque, je pense toujours aux gens. Je pense toujours aux nanas quand elles vont sortir : est-ce qu’elles vont s’amuser avec ce disque, est-ce qu’elles vont rigoler entre copines. Est-ce qu’elles vont être là : « Ah, c’est ma chanson ! ». C’est ce que j’essaye de m’imaginer quand je vais au studio pour écrire un truc.

bella ciao hugel el profesor

Tu as notamment remixé le hit « Bella Ciao » qui fait plus de 250 millions d’écoutes cumulées. Tu as regardé la série Casa de Papel ?

Hugel : Ouais, bien-sûr ! Je connaissais le sample d’avant ; mais quand j’ai regardé la série, ça m’a rappelé le sample. Je me suis dit « pourquoi ne pas faire un édit avec ça, ça pourrait être cool » pour faire danser et chanter. Il y a un côté « unité », ça ramène les gens ensemble. Ça a un côté fédérateur.

S : C’était vraiment un plaisir perso de remixer ce son-là ou c’était juste un pur délire ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi   Salaire DJ : Comment ça fonctionne ?

Hugel : C’était juste un délire ! A la base, je trouvais que le sample était fédérateur et je me suis dit « je vais faire un édit DJ pour les gens », pour mes sets, pour Ibiza, les festivals… Je l’ai mis en gratuit sur Internet et ça s’est emballé de ouf ! Genre en 1 semaine, on avait atteint des scores incroyables. Après les labels se sont mis au milieu et on en a fait un truc officiel.

Comment tu as géré cette propulsion soudaine sur le devant de la scène ?

Hugel : Franchement, pour être honnête avec toi, il n’y a pas grand chose qui a changé dans ma vie. J’ai juste une voiture plus grosse, un appart’ plus gros et une femme moins grosse (rires).

Stan K : (Rires) Je ne m’attendais pas du tout à cette réponse ! (rires) Tu comptes t’attaquer à d’autres séries ?

Hugel : Je ne vais pas prendre une série pour me dire « tiens, je vais faire un son ». C’est juste que là, c’est tombé comme ça. Après, moi je suis de Marseille. J’ai grandi avec les italiens et les corses. La chanson « Bella Ciao », j’ai grandi avec, je la connaissais depuis toujours. Dans les bars, ça joue à la guitare, en acoustique.

Par rapport à ça, j’ai vu dans une interview que tu étais DJ résident pendant un certain temps. A quel moment tu t’es dit « je vais aller plus loin, je vais créer mes sons » ?

Hugel : Je ne sais pas trop en fait. Moi, à la base, quand je pars de chez mes parents, j’ai 17 ans. J’arrête l’école, je me fais virer… Je me dispute avec mon beau-père, à l’époque, on se bagarre et tout, ils me mettent dehors. Donc à 17 ans, je me retrouve dehors. Je suis dans la musique et mon rêve, c’est devenir DJ résident. Je me dis « le jour où je serai DJ résident, j’aurai réussi dans la vie et j’aurai réussi ma vie ». Ce qui n’est pas la même chose. Je suis devenu DJ résident.

artiste logo hugel

Quand je suis devenu DJ résident, j’ai rapidement eu envie de produire mes sons, mes édits, mes remix… Je ne sais pas. Ça s’est fait naturellement. Au bout d’un moment, quand tu as un son qui sonne, tu te dis « tiens, j’ai envie de le signer ». Tu le signes et ensuite, tu te rends compte que tu as un potentiel et que tu peux passer les étapes. Je kiffe mixer, c’est ce que j’aime le plus au monde. Faire la fête avec les gens, partager ce moment quand tu es avec eux sur scène. Que ce soit un petit club ou sur une grosse scène. J’adore partager ça avec les gens. Je me suis dit « si tu as la possibilité de sortir des disques et de faire ça dans la planète entière au lieu de le faire que dans ton club où tu es DJ résident, pourquoi pas ! ».

Tu as fait les premières parties de David Guetta. Qu’est-ce que ça fait quand tu as David Guetta qui t’appelle pour te proposer de l’accompagner sur certaines de ses dates ?

Hugel : David Guetta ne m’a pas appelé. Ça, c’est la légende urbaine (rires). La vérité, c’est qu’on a le même agent. Je suis signé chez CAA, l’agence de booking en Angleterre. Notre agent, c’est Maria M. C’est la personne qui s’occupe de nos bookings et du coup, Maria vu qu’elle gère les booking de David, elle m’a aussi placé sur certaines dates. C’est comme ça que ça s’est fait. Doucement, doucement. J’ai fait 1, 2, 3 dates ; puis 4, 5… Puis après Ibiza, Ushuaia en plus de la première partie de la tournée d’Europe. Voilà, c’est comme ça que ça s’est fait.

S : Il y a un(e) artiste avec qui tu aimerais de collaborer ?

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi   Formation DJ, une formation rémunérée ?

Hugel : Moi, j’aimerais réellement travailler un jour avec un artiste comme Drake ou The Weeknd… Quelqu’un comme ça. Quelqu’un qui soit très urbain et très pop à la fois. J’aimerais amener ça dans la House. J’aimerais arriver à avoir un son nouveau en amenant ça dans la House.

Rien à voir, je vais breaker complètement. Dans un univers parallèle, si tu n’avais pas été DJ, Hugel qu’est-ce qu’il aurait fait ?

Hugel : Il serait pas né. De là où on est né à Marseille, il n’y a pas trop d’options. Si tu ne deviens pas DJ et que tu arrêtes l’école jeune, les options, elles ne sont pas trop brillantes. Donc je pense avoir choisi la bonne option et je suis content de ce que je suis devenu.

S : Je te souhaite le top du top. Comme je te dis, ça fait un moment que je te suis. Quelle est la scène la plus ouf que tu aies faite ?

Hugel : La première partie de David Guetta à Paris Bercy. C’était mon premier Bercy, c’était plein à craquer et c’est Paris, c’est chez nous, c’est la France. Parce que tu vois, je tourne dans pleins d’endroits, quand je prends le micro et que tu parles en anglais, c’est cool ! Mais quand tu es chez toi, en France, à Paris et que tu parles en français, c’est autre chose.

Tu as un lieu insolite où tu aimerais mixer (en haut de la Tour Eiffel par exemple) ?

Je finis comme d’habitude mes interviews avec 3 questions. Hugel, ta pire anecdote en live ?

H : Ma pire anecdote en live… Mon pote qui est avec moi, il doit savoir lui. Il est là, il tourne avec moi tout le temps. Moi je retiens pas les trucs pires. Je suis toujours positif !

Stan K : Ça c’est un truc à retenir, toujours voir le positif !

H : ça s’est tout le temps bien passé. Tu vois, on a les étoiles bien alignées.

Ton meilleur souvenir depuis que tu as démarré le DJing ?

H : Première partie de David Guetta à Bercy et première fois à Ibiza aussi. Parce qu’en fait, je m’étais refusé d’aller à Ibiza. J’avais des potes qui me disaient « viens, on va à Ibiza cet été » et moi je disais « nan, je n’irai pas à Ibiza tant que je serai pas booké pour y mixer ». Je n’irai jamais. Et, tu vois, en 2016, j’ai mixé pour la première fois à Pacha. Et c’était incroyable.

Quel(s) conseil(s) tu peux donner aux débutants qui veulent devenir DJ pour les motiver et les encourager ?

Hugel : Ne faites pas ça pour le jet privé ou l’oseille. Sinon, faites du foot. Faites-le avec amour, faites-le par plaisir de ça. Parce que si c’est pour l’argent, ça sert à rien de le faire, ça ne marchera pas.

S : Merci beaucoup Hugel ! Très fier d’avoir pu partager cette scène avec toi !

Hugel : Avec plaisir mon pote !

L'interview d'Hugel vous a plu ? Abonnez-vous !

A la chaîne YouTube ! Cliquez ici pour vous abonner 🙂

Si vous êtes intéressé pour devenir DJ et apprendre à mixer ; alors inscrivez-vous à la Newsletter 😉 Je vous offre des cours DJ gratuits ! ça se passe juste en-dessous 🙂

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

​Recevez gratuitement l'accès à la playlist vidéo des cours DJ + ​mon guide pour devenir DJ Pro

​​​Recevez gratuitement l'accès à la playlist vidéo des cours DJ